Restaurante Malacatin - Cocina Típica Madrileña TRADITION
 

Julián

 

De petite taille, guilleret et avide de nouveaux espaces, Julian Diaz arrive à Madrid en 1893 d’Horcajo de Santiago (Cuenca) pour habiter chez des amis qui tiennent un petit commerce de boissons et il y débute comme garçon de courses.

Après deux ans, en 1895, il se sent prêt à lancer son propre commerce et il s’installe dans un recoin de la rue de la Ruda au numéro 5 où il n’y a ni eau ni lumière au gaz. Avec des lampes à huile, il éclaire la petite boutique de vins qui ouvre ses portes à six heures du matin et ses adeptes sont les boulangers, les chiffonniers et les maçons... ils demandent de petits verres d'eau de vie d'herbes, de citron et le suave (plus léger).María

Déjà marié avec Maria, la femme qui lui a donné 12 enfants dont seulement deux étaient des garçons, il poursuit avec succès son petit négoce qui est déjà bien connu en raison des « petites », les petites filles qui habitent sur place et assurent le service.

 

 

Un pauvre homme avait l’habitude de venir presque tous les jours, son unique passion étant la guitare, et on l’appelait Malacatin, apprécié du personnel et du propriétaire des lieux.

Ce mendient n’avait à son répertoire qu’une seule chanson:

"Tin, tin, tin, Malacatín tin,tin,tin" mais, grâce à cela, il recevait ses petits verres de vin de la part de Monsieur Julian et ce dernier fut alors appelé Julian, le Malacatin.

 

Florita

 

Isidro

Après plusieurs années, Monsieur Julian décide de passer le relai à la plus jeune de ses filles Florita. Une fois mariée avec Isidro, ils décident de donner un nom à la boutique; quel meilleur nom que celui de ce mendient et son histoire: Malacatín.

 

Nous arrivons aux années cinquante et ce couple constitué d’une Madrilène et d’un homme originaire de Léon décide d’améliorer la boutique. Aux verres de vin, ils ajoutent des verres de digestifs, quelques plats frits, et plus tard la cuisine.

 

Conchi

 


José Alberto
Dans cette cuisine, ils ont fait du plat appelé cocido, une sorte de pot-au-feu, un véritable succès et ce sont maintenant leur fille Conchi et leur petit-fils José Alberto qui, 120 ans après la création de la taverne de Monsieur Julian, triomphent avec ce plat. Les clients sont toujours accueillis comme dans une famille et avec amabilité, comme pour le mendient Malacatin.

 
new balance baratas new balance baratas Zapatillas New Balance Baratas comprar new balance baratas calzoncillos calvin klein baratos china calzoncillos calvin klein calzoncillos calvin klein baratos ugg baratas ugg baratas outlet canada goose outlet camisetas real madrid baratas camisetas real madrid replicas christian louboutin outlet online christian louboutin outlet
Joomla Templates by Joomlashack